le_camp_des_autres

4ème de couverture: Gaspard et son chien s'enfuient dans la forêt. L'enfant a peur, il a froid, il a faim, il court, il trébuche, il se cache, il est blessé. Un homme le recueille. Qui est ce Jean-le-blanc? Un sorcier, un contrebandier, un professeur?

Avec lui, et d'autres récalcitrants -ceux de la Caravane à Pépère qui défraya la chronique au début du XXème siècle- Gaspard va découvrir la vie en marchant sur le monde.

"Je l'ai gardée au chaud cette histoire qui poussait, qui grimpait en noeuds de ronces dans mon ventre en reliant, sans que j'y pense, mes rêves les plus sauvages venus de l'enfance et le muscle de mon indignation. Alors j'ai voulu écrire la ruade, le refus, le recours aux forêts", explique Thomas Vinau à propos de ce quatrième roman puissant, urgent, minéral.

Mon avis: J'ai reçu ce roman de la part de Priceminister à l'occasion des "Matchs de la rentrée littéraire 2017".

C'est une belle découverte, je ne connaissais pas cet auteur. Je ne sais pas comment vous expliquer mais il parle de la "dureté" de la vie avec "douceur", avec poésie. Pourtant je ne suis pas une fan de poésie mais c'était beau.

La mise en page a fait que j'avais l'impression de lire des nouvelles regroupées en un seul livre. Chaque "chapitre" fait deux pages et cela permet une lecture assez rapide. 

On suis Gaspard dans ses aventures parmi la forêt, les brigands et les villages du XXème siècle. Du coup je me suis intéressée à la délinquance de cette periode et j'ai trouvé ce lien où l'on cite la "Caravane à Pépère" ainsi que d'autres bandits comme la "Bande à Bonnot" et  la "Bande Bouchery". Quel début de siècle animé! 

Je vous conseille vraiment ce livre car même s'il m'a semblé "léger" au début, il a laissé une forte image dans mon esprit.

Merci à Priceminister et aux éditions Alma.

1500x500_TwitterMRLb-300x100