Un livre Un Wakanda

25 mars 2017

"Le temps est assassin" de Michel Bussi

9782258136700

4ème de couverture: Eté 1989
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?
 
Mon avis: Ce livre m'a été conseillé par une amie. 
Clotilde est le personnage principal de ce livre. Les chapitres alternent entre le passé et le présent. Dans le passé ce sont les pages du journal intime de Clotilde adolescente et le présent c'est son retour à l'île après 27 ans d'absence.
Par moments je me disais que l'histoire était un peu tirée par les cheveux mais j'ai apprécié cette lecture car l'intrigue est bien menée, on n'arrive pas à deviner le dénouement et j'ai dévoré les dernières pages car je voulais tout savoir. 
L'auteur décrit très bien la Corse que je n'ai pas encore eu la chance de visiter, ça fait rêver. 
J'ai eu la chance de le rencontrer lors de la foire du livre et il a été très sympathique. 
Je pense acheter "Nymphéas noirs" du même auteur car j'en ai entendu beaucoup de bien.
 
 

bac 2017

Posté par Wakanda2012 à 23:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


15 mars 2017

Challenge Petit Bac 2017

bac 2017

Pour la 5ème année consécutive je vais participer au Challenge du Petit Bac organisé depuis 2012 par Enna du Blog Enna lit Enna vit . Pour plus de détails cliquez sur son nom ou sur le logo, les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 1er février.

Voici ma liste de lectures pour la première ligne:

Prénom: PHILIDA - André Brink

Lieu: Les yeux de VENISE - Alessandro Barbero

Animal: Demain les CHATS - Bernard Werber

Objet: La jeune fille à la PERLE - Tracy Chevalier

Couleur: Peur NOIRE - Harlan Coben

Sport/Loisir: Une dernière DANSE - Victoria Hislop

Personne Célèbre: HARRY POTTER et l'enfant maudit - J.K.Rowling

Aliment/Boisson: La chambre à récits: Passion, meurtre et FROMAGE dans un village d'Espagne -  Michael Paterniti

Sphère familiale: La FILLE dans le brouillard - Donato Carrisi

Mort: Nous allons MOURIR ce soir - Gillian  Flynn

Gros mot (Bonus) : Le temps est ASSASSIN - Michel Bussi

Posté par Wakanda2012 à 16:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 mars 2017

"La chambre à récits: passion, meurtre et fromage dans un village d'Espagne" de Michael Paterniti

 

9782882504043

4ème de couverture: Dans le hameau médiéval de Guzmán (en Castille, quatre-vingts habitants), on se réunit depuis des siècles dans la « Chambre à récits », une pièce étroite, creusée dans le calcaire, où se partagent les histoires et le vin du pays. Si Michael Paterniti débarque un jour dans ce village, c’est parce qu’on y produit un fromage de légende : le Páramo de Guzmán, qui est peut-être le meilleur et le plus cher au monde. Il y rencontre le maître-artisan en personne, un génie volubile et magnétique, un homme au cœur brisé qui se nomme Ambrosio. Subjugué, Paterniti s'installe au village avec sa femme et ses tout jeunes enfants. Ce qu'ils vont découvrir à Guzmán ne ressemble pourtant en rien à la fable idyllique, au conte pour amateurs de slow food qu’ils s’étaient imaginé.

Ragots, jalousies, passions terrifiantes, le hameau révèle peu à peu tous ses secrets (hormis celui de son fromage) et l’auteur se retrouve embarqué dans les intrigues: il est bientôt question de préparatifs d’assassinat…

 Le journalisme narratif à son meilleur : mille digressions, des récits gigognes et une implication de l’auteur irrépressible (voire périlleuse) implication de l'auteur dans les affaires qu'il tente de démêler.

Mon avis:  Je ne connaissais pas le "Páramo de Guzmán", son histoire fût donc une découverte. Quelle tragédie. Au début j'étais vraiment choquée par ce qui était arrivé à Ambrosio mais à la fin du livre j'ai cru comprendre ce qui s'est réellement passé et ça m'a un peu déçue. La "magie" de la création du fromage s'est un peu évaporée.

L'Espagne est un pays que j'apprécie beaucoup, les villes que j'ai pu visiter m'ont éblouies à chaque fois. Je trouve que Michael a réussi à nous transmettre la chaleur du peuple et des paysages espagnols dans son récit. On ressentait son attachement pour cette région. À chaque page j'avais envie de prévoir un petit citytrip. 

Je pense que ce qui fait la force de ce livre, c'est le rappel des traditions qui se perdent, de l'oubli de vivre l'instant présent, de notre déconnexion avec la nature. Il nous incite à une remise en question de nos actes de tous les jours. J'avais vraiment envie de partir une petite semaine à Guzmán, déconnecter de la routine, profiter des paysages, passer des heures à ne rien faire et visiter la chambre à récits.

 

bac 2017

babelio masse critique

Qu'est-ce que je faisais le 03 du 03 à 15h03?

20170303_150559

Le 03 du 03 à 03h03 je dormais profondément et à 15h03 c'était l'heure du réveil de sieste. J'étais sous ma couverture rouge et je regardais des petites mains qui jouaient en attendant le signal pour se lever ;) 

86296735_p

Posté par Wakanda2012 à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 février 2017

"Un siècle de mensonges" de Jean-Louis Aerts

9782930427720

4ème de couverture: Jeune journaliste de trente-trois ans, Marylou est engagée par un richissime vieillard américain pour écrire sa biographie.

Le contrat à peine signé, elle se rend compte qu’elle se fait manipuler. Trop tard, le piège se referme inexorablement sur elle. Le compte à rebours est déclenché : il lui reste moins de deux ans pour comprendre les enjeux dont elle est l’objet. Débute alors un véritable bras de fer entre deux êtres que tout semble opposer.

De New York à Syracuse, en passant par Bruxelles, Marylou sera forcée de remonter le passé jusqu’en 1907 et d’ouvrir la boîte de Pandore.

L’auteur nous livre un roman captivant dès la première page, dans lequel il distille, au fil de trnte-cinq chapitres, les pièces d’un puzzle qu’on prend plaisir à reconstituer. Au final, une intrigue palpitante qui nous replonge dans quelques événements marquants du XXe siècle.

Mon avis: Mes sentiments étaient un peu partagés  au départ car d’un côté j’appréciais les moments où Marylou décrivait les endroits de la ville que je connais et en même temps  m’énervait par son attitude immature. Comme lui a souvent dit son ami Billy, n’importe qui aurait rêvé être à sa place, bien payée pour un minimum d’effort. D’ailleurs ce dernier m’a un peu manqué, j’aurais voulu qu’il ait un rôle un peu plus important car il semblait assez proche de Marylou.

Le début je l’ai trouvé assez lent car je ne voyais pas encore le lien entre les chapitres mais de rebondissement en rebondissement le rythme s’est accéléré. Parfois je trouvais que l’histoire de la malédiction était un peu tirée par les cheveux mais lors de la fin de la lecture j’ai trouvé que ça tenait la route.

Finalement ce roman aura été mon coup de cœur par son intrigue bien ficelée et ponctuée de surprises. Il a eu la première place de mon classement du Prix des lecteurs Club 2016. Je vous le conseille vivement.

Diapositive1

Posté par Wakanda2012 à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


16 février 2017

"Monsieur Origami" de Jean-Marc Ceci

 

A19772

4ème de couverture: À l’âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d’une femme qu’il n’a fait qu’entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s’installe dans une ruine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d’ermite, adonné à l’art du washi, papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, Casparo, un jeune horloger, arrive chez Kurogiku, devenu Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivée bouscule l’apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé. Les deux hommes sortiront transformés de cette rencontre. 
Ce roman, d’un dépouillement extrême, allie profondeur et légèreté, philosophie et silence. Il fait voir ce qui n’est pas montré, entendre ce qui n’est pas prononcé. D’une précision documentaire parfaite, il a l’intensité d’un conte, la beauté d’un origami.

Mon avis: Les traductions des mots japonais ainsi que les explications sur la fabrication du washi et des origamis m’ont un peu lassé au début du roman et j’ai croisé les doigts pour que ça devienne plus intéressant par la suite. La patience paye.

J’ai beaucoup apprécié ce roman qui est un genre de livre de développement personnel, où on se pose des questions sur ce qu’est la vie, sur notre destin,… J'ai aimé aussi l'écriture très aérée. 

Il nous permet de nous interroger en ces temps de surconsommation sur les biens matériels. Sont-ils si importants si notre vie n’est que superficielle, si on ne vit pas à fond  l’instant présent ? Au même temps c’est un thème assez récurrent dans la société d’aujourd’hui et encore plus lors des fêtes de fin d’année, ça peut en saturer certains mais personnellement ça ne me dérange pas, je trouve qu’on ne le dira jamais assez : profitez de la vie ! On ne sait pas de quoi le lendemain sera fait. Oui je suis une grande épicurienne.

Je suis restée sur ma faim en arrivant au bout du roman. Y aurait-il une suite?

Pour ceux que ça intéresse, petit rappel historique, lors du bombardement des États-Unis par les japonais avec des ballons en papiers, il y a bien eu des morts. Cinq enfants et un adulte qui se promenaient en forêt dans l’Oregon le 5 mais 1945. Suivez le lien Projet Fugo.

Diapositive1

Posté par Wakanda2012 à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

09 février 2017

"Une vie à t'attendre" de Alia Cardyn

9782368121061

4ème de couverture: « Je suis petite, si petite dans ces lieux silencieux. Je connais la nature des silences et celui-ci n'est pas bon. Il est le dernier souffle d'une maison qui s'est vidée, précipitant ma perte. Je les appelle et en réponse,ce silence implacable. Où sont-ils ? Je m'apprête à poser le pied sur cette marche mais j'ai déjà compris. Dans quelques secondes, je cesserai d'être une enfant. »

Qui devient-on dans une vie où des parents disparaissent mystérieusement ? Rose a six ans quand la tragédie se produit. Dans ce quotidien bouleversé, elle grandit avec sa version de l'histoire, qui l'étouffe.
Qui Rose serait-elle aujourd'hui si elle ne pensait pas qu'ils l'ont abandonnée ? C'est la question que se pose celui qui l'a toujours aimée.
À Bali, seize ans après leur disparition, Rose découvre quelques mots sur un carton. Commence alors un périple haletant. Les indices qu'elle va petit à petit accumuler lui permettront-ils de dépasser une enfance brisée ?

Mon avis: Voici la lauréate du Prix des Lecteurs Club 2016. Félicitations !!!

L’intrigue est assez bonne, on s’attache à Rose qui est abandonnée ? Orpheline ? On le découvre pas à pas en alternant les chapitres du présent avec ceux du passé, malheureusement après la lecture de « Un siècle de mensonges » de Jean-Louis Aerts, elle m’a paru fade, pas assez de rebondissements.Voilà pourquoi dans mon classement je ne lui ai pas donné la première place.

J’ai trouvé qu’au début les réflexions des enfants étaient très matures pour leur âge et ça enlevait un peu le charme de l’innocence de l’enfance.

Je garde de ce récit un sentiment de tendresse. Peut-être parce que le personnage principal grandi avec nous tout au long de l’histoire et que cette dernière se fini sur une note positive. C'est le premier roman de cette auteure et elle a une plume prometteuse.

images - Copie

 

Posté par Wakanda2012 à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

07 février 2017

Et le gagnant du Prix des Lecteurs Club 2016 est...

images

En décembre j'avais participé à un tirage au sort pour faire partie du jury de la première édition du Prix des Lecteurs Club 2016 (pour voir mon article cliquez ici)

OriginalPhoto-507561444

Voici mon classement:

1. Un siècle de mensonges de Jean-Louis Aerts

2. Une vie à t'attendre de Alia Cardyn

3. Ne sautez pas! de Frédéric Ernotte

4. Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci

5. Le modèle de Manuel Capouet

6. Là où ça fait mal de Edgar Kosma

Vous trouverez ma critique de "Ne sautez pas!" et "Une vie à t'attendre" en cliquant sur le titre correspondant dans le classement. Les autres arrivent :)

Le 31 janvier, le jury s'est réuni et après une discussion animée où chacun a donné son point de vue sur chaque roman, nous avons réussi à élire un gagnant. C'était très serré entre deux romans mais l'un d'eux a vaincu. 

Le gagnant du Prix des Lecteurs Club 2016 est... roulement de tambour ... 

ALIA CARDYN avec << Une vie à t'attendre >>

Devançant de peu « Un siècle de mensonge » de Jean-Louis Aerts et « Ne sautez pas ! » de Frédéric Ernotte.


Le prix (d’une valeur de 3000€) lui sera remis au cours du cocktail d’inauguration de la Foire du Livre de Bruxelles le 8 mars prochain par Mr Patrick Weber, et son roman bénéficiera d’une nouvelle mise en avant dans les magasins Club à Bruxelles et en Wallonie

Je suis très contente d'avoir pu contribuer à ce prix, je remercie Club de m'avoir octroyé sa confiance et les auteurs qui ont tous mérité d'être finalistes de ce prix.

Je partage avec vous quelques photos de notre réunion.

OriginalPhoto-507555913

OriginalPhoto-507555944

OriginalPhoto-507560135

 

 

 

Posté par Wakanda2012 à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

03 février 2017

Qu'est-ce que je faisais le 02 du 02 à 14h02?

16443945_10155174373736664_1358927054_o

Le 02 du 02 à 02h02 je dormais profondément donc il n'y a pas de photo.

À 14h02 je participais à une formation "Marionnettes et théâtre de papier" et je fabriquais l'une des planches d'un kamishibaï (théâtre de papier en japonais) sur la comptine "Il était une bergère". 

86296735_p

31 janvier 2017

"Comment apprendre à s'aimer" de Yukiko Motoya

Comment-apprendre-a-s-aimer

4ème de couverture: Il existe sans doute quelqu'un de mieux, c'est juste que nous ne l'avons pas encore rencontré. La personne avec laquelle nous partagerons réellement l'envie d'être ensemble, du fond du coeur, existe forcément. Je crois que nous devons continuer à chercher, sans nous décourager.

Au fil de ses apprentissages, de ses déceptions et de ses joies, Linde - femme imparfaite, on voudrait dire normale - découvre le fossé qui nous sépare irrémédiablement d'autrui et se heurte aux illusions d'un bonheur idéal.

Elle a 16 ans, puis 28, 34, 47, 3 et enfin 63 ans; autant de moments qui invitent le lecteur à repenser l'ordinaire, et le guident sur le chemin d'une vie plus légère, à travers les formes et les gestes du bonheur : faire griller du lard, respirer l'odeur du thé fumé ou porter un gilet à grosses mailles. Car le bonheur peut s'apprendre et « pour quelqu'un qui avait raté sa vie, il lui semblait qu'elle ne s'en sortait pas trop mal. »

Mon avis: Je n'ai pas réussi à trouver du bon dans ce roman. Je n'ai peut-être pas compris le message, je ne sais pas. Je me suis vraiment ennuyée. En lisant la 4ème de couverture je m'attendais à lire un message d'espoir, de positivisme. Finalement Linde ne me semble pas heureuse. C'est clair qu'elle a raté sa vie. Ce n'est pas un chemin de vie légère, tous les moments de solitude je les trouve lourds. Pour moi Linde ne fait que survivre.

petit bac 2016

 

 

Posté par Wakanda2012 à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,